Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

game-of-thrones-poster.jpg

 

 

 

Série créée par David Benioff et D.B Weiss.

Origine : USA

Année : 2011

Format : 52 minutes

 

Synopsis :

 

Il y a très longtemps, à une époque oubliée, une force a détruit l'équilibre des saisons. Dans un pays où l'été peut durer plusieurs années et l'hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du Royaume de Winterfell, appartenant aux Starks, une famille controversée, pour obtenir le Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu.

 

Critique :

 

C’est avec ce qui me semble être un bijou d’une valeur inégalée que je déclare la section Ciné Télé ouverte. Encore une fois, la chaîne HBO a su montrer et démontrer qu’elle était souveraine du petit écran. Sa suprématie a peut-être été remise en question un temps par la jeune AMC avec des séries innovantes et originales telles que Mad Men ou Breaking Bad, mais HBO revient à la charge avec sa toute nouvelle création aussi inattendue que prometteuse. Mais assez de politique me diriez vous. Ne nous égarons pas dans ces trivialités que sont les concurrences entre ces chaines américaines et parlons du bébé en question.

 

Game of Thrones, ou la traduction approximative Le Trône de Fer a été crée par David Benioff et D.B Weiss. Benioff est par ailleurs un écrivain et scénariste déjà connu de Hollywood, pour avoir écrit des films comme la 25ème heure de Spike Lee, ou encore X-Men Origins : Wolverine de Gavin Hood. La série est basée sur une trilogie du romancier américain George R. R. Martin dont le premier livre se nomme A Game of Thrones. HBO s’attaque ici à un genre qui lui était pour le moment inconnu surement pour les conséquences financières qui en découlent : L’ « Heroic Fantasy ». La première saison se décomptera en dix épisodes de 50 minutes qui ont coûté à la chaine entre 50 et 60 millions de dollars. BOOM. Autant vous dire que c’est de l’argent bien placé au vu du résultat final qui, je dois avouer, m’a laissé avec une érection presque uniquement mentale.

 

Mais il faut aimer l’ « Heroic Fantasy » me diriez-vous. Je vous le conçois, on est loin des tableaux réalistes habituels dressés par les chefs-d’œuvre Soprano crée par David Chase ou The Wire de David Simon. Mais il s’agit d’innovation avant tout. HBO parvient encore une fois il faut le dire, à sortir un ovni, et ceci en y mettant et les moyens et la créativité artistique nécessaire pour donner naissance à une tuerie. On est plongé dès les cinq premières minutes fabuleuses, dans un monde qu’on comprend être vaste et fantastique. On découvre un monde médiéval mais avec des anachronismes, qui le rend que d’avantage étrange et merveilleux. On retrouve des sensations éprouvées lors du visionnement de la trilogie de Peter Jackson Le Seigneur des Anneaux (on retrouve Sean Bean à l’affiche qui y a également joué), mais d’autres aussi, comme l’univers de Hayao Miyazaki par exemple. Les personnages sont nombreux, et tous formidablement bien écrits. Et puis c’est HBO, donc on a des belles scènes de cul et du sang qui gicle. C’est agréable.

 

C’est donc avec une belle promesse que je vous laisse. Celle d’une série qui ne peut décevoir au vu des précédents de la chaine. Celle d’une série qui va dépasser le cinéma dans ce genre, de la même manière que les Soprano ont dépassé le genre du film de gangster. Celle d’une série dont la qualité de mise en scène et d’écriture vont vous laisser bouche bée et admiratif. Celle d’une série qui va vous faire kiffer.

 

Mais peut-être que je m’enflamme. À vous de juger.

 

By IJB

 

 

 


 


Tag(s) : #LES SERIES TV DU PATRON (critiques)

Partager cet article

Repost 0