Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Koyaanisqatsi.jpg

 

 

bareme 4,5

 

 

 

Acheté par hasard en DVD il y a maintenant presque dix ans, Koyaanisqatsi est immédiatement entré dans mon panthéon du 7ème art. Produit par Francis Ford Coppola, ce film est une véritable expérience cinématographique dont on ressort grandi.

 

Film d'avant garde sans intrigue et sans dialogue, Koyaanisqatsi propose une nouvelle forme de cinéma. J'envie ceux qui n'ont toujours pas découvert ce film. Je me souviens parfaitement de la première fois où les images de Ron Fricke ont pris possession de mon téléviseur et de mon esprit.

 

Koyaanisqatsi enchaîne les prises de vues filmées aux quatre coins de notre planète. Tout d'abord subjugué par la qualité plastique de ces images, on regarde le film avec les yeux d'un hibou. Puis, le montage savant du métrage nous propose un point de vue édifiant, philosophiquement parlant. Koyaanisqatsi signifie "vie déséquilibrée" en langage hopi. Le réalisateur nous offre la vision d'un monde devenu instable sous l'influence des activités humaines. Par la force du montage, Godfrey Reggio pousse très loin son analyse. L'homme, tel un parasite, est un être vivant capable d'anéantir sa biosphère. Sans manichéisme, le réquisitoire proposé par Koyaanisqatsi est bluffant. Rien à voir avec le clip Home de Yann Arthus Bertrand et ses sermons à deux euros. Le réalisateur fait appel à notre propre intelligence pour décrypter le sens de ses images. De plus, le message de Koyaanisqatsi est beaucoup plus violent que toutes les prises de positions écologiques vues au cinéma ces derniers temps.

 

C'est un film qui repose sur le talent de trois hommes. Le réalisateur, le directeur de la photographie et le compositeur. La musique est un personnage à part entière du métrage. Présente du début à la fin, elle accompagne notre réflexion en nous immergeant totalement dans l' univers unique du cinéaste.

 

Koyaanisqatsi est le premier volet de la trilogie Qatsi. Selon moi, c'est le meilleur. Mais Powaqqatsi et Naqoyqatsi sont aussi des monuments de cinéma. Le film de Godfrey Reggio est une grosse grosse claque. A voir de toute urgence.

 

 


 
Tag(s) : #A LA CARTE (meilleurs films au choix)

Partager cet article

Repost 0