Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

la-bella-gente-les-gens-biens-16-02-2011-8-g.jpg

 

 

bareme 3,5-copie-1

 

 

 

Film cruel sur les idéaux qui partent en fumée à l'approche de la soixantaine, Ivano de Matteo apporte un vent frais sur le cinéma Italien plombé depuis quelques années par la censure Berlusconnienne.

 

Alfredo est architecte. Susanna est psychologue. Des gens cultivés aux idées larges. Des cinquantenaires à l’allure juvénile et au regard intelligent. Ils vivent à Rome mais passent leur week-end et une bonne partie de leur été dans leur maison de campagne. Un jour en allant au village, Susanna reste choquée par la vue d’une jeune prostituée humiliée et frappée par un homme au bord de la route. En un instant, la vie de Susanna change, elle décide de sauver cette jeune fille. 

 

Le réalisateur effectue une radioscopie de ce que l'on peut appeller "les gens biens". Susanna décide de sauver la jeune Nadia de sa triste condition de prostituée en l'accueillant dans sa belle maison de campagne. Elle y parvient avec l'aide de son mari qui va littéralement kidnapper la jeune fille. Au premier abord, on peut considérer ce geste comme un acte courageux et philanthrope. Mais De Matteo sonde les origines de cet élan de générosité avec une cruelle acuité. Susanna recueille Nadia pour se racheter une conscience humaniste. Anciennement étudiante et militante d'extrème gauche avec son mari, le couple s'est peu à peu perdu idéologiquement. Difficile de concilier l'éthique communiste lorsque l'on est riche propriétaire terrien. Susanna ressent ce malaise et essaie d'y pallier en s'achetant une conscience. En récupérant Nadia, elle tente de prouver aux yeux du monde que sa flamme militante brûle toujours dans son coeur.

 

Comme dans le film Théorème de Pasolini, l'arrivée d'une étrangère au sein de cette famille va bousculer le semblant d'harmonie qui faisait illusion depuis des années. Nadia va cristalliser malgré elle toutes les névroses d'une famille rongée par le matérialisme. Les belles idées de gauche de Susanna vont basculer dangereusement vers une idéologie réactionnaire des plus rances. Comme une enfant capricieuse, Susanna s'est offerte son cadeau et regrette très vite son impulsivité. Sauver une jeune fille de la prostitution n'est pas un acte qu'il faut prendre à la légère. L'univers rassurant de Susanna va s'effondrer par son incapacité à gérer une telle responsabilité.

 

Film sans concession qui s'attaque à la bien pensance de gauche, La Bella Gente (Les gens Bien) est une analyse chirurgicale du sentiment de culpabilité. Une famille qui a toujours vécu dans l'aisance, avec de solides références intellectuelles, peut elle risquer de mettre en péril tout ce dont elle a hérité et tout ce qu'elle a construit pour respecter ses propres convictions? Ivano De Matteo répond à ce questionnement avec une mise en scène fluide non dénuée de cynisme. Grand film.

 

Sortie en salle le 16 Février 2011.

 

 

 

Tag(s) : #A LA CARTE (meilleurs films au choix)

Partager cet article

Repost 0