Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

the-master-poster1

 

 

 

Réalisateur: Paul Thomas Anderson

Origine: USA

Année: 2012

Durée: 2H17

bareme 3

 

Avec: Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams...

 

 

C'EST BEAU, C'EST BIEN, C'EST CHIANT...


 

Synopsis:

 

Lancaster Dodd, marqué par les horreurs de la seconde Guerre mondiale, crée un groupement spirituel. Freddie devient rapidement le lieutenant du gourou mais commence à s'interroger sur les finalités de la secte...

 

 

La critique:

 

THE MASTER n’est pas un film pour tout le monde, vous voila prévenus. Prévenu, moi je l’étais. Les films de Paul Thomas Anderson sont longs, rêches et fascinants. Avec PUNCH DRUNK LOVE, puis THERE WILL BE BLOOD, ses deux précédents films, le réalisateur semblait amorcer une trajectoire claire vers des films plus contemplatifs, et peut être plus difficile d'accès.

 

C’est peut être pour ça que la moitie de la salle est partie pendant le film. J’en croyais pas mes yeux, dès les premières minutes (mais comment font les gens pour avoir un avis aussi radical après 3 plans !), un flot continu défilait dans l'allée. Et ce n'était pas des petits jeunes qui pensaient être dans la salle du dernier Batman, mais bien des spectateurs “aguerris” (des vieux), qui tâtonnaient dans le noir jusqu'à la porte de sortie ! Devant ce spectacle, je ne pouvais pas m'empêcher de me demander à quoi ces personnes s’attendaient ?

 

 

the-master-pere-scientologie.jpg

 

 

THE MASTER est un magnifique objet, au même titre qu’une maison d’architecte, une chaise de designer, ou une voiture aux lignes épurées. On veut l’observer de près, on y est confortablement installé. Joaquin Phoenix y incarne un vétéran alcoolique, bagarreur et totalement perdu qui rencontre par hasard un guide spirituel en la personne de Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman). Ces deux acteurs offrent ici les deux meilleures performances que vous verrez probablement cette année. Joaquin Phoenix est instable et fragile, on lit son histoire dans ses yeux humides et par moment on jurerait sentir son haleine alcoolisée. Face à lui, Philip Seymour Hoffman est tout en rondeur et séduction, et fait preuve d’un magnétisme qui emporte tout sur son passage. Regarder ces deux-là discuter est probablement ce que le film a de plus passionnant à offrir, et pourrait justifier à lui seul l'achat du ticket (ou le téléchargement du torrent dans six mois, à vous de voir).

 

The-master_scaledown_450.jpg

 

 

Il faut aussi saluer au passage le travail du directeur de la photographie, Mihai Malaimare Jr. C'est simple, absolument chaque plan du film est à tomber. Bizarrement, il me semble que les gens qui sont partis de la salle, sont sûrement les mêmes qui on fuit en courant pendant la projection de TREE OF LIFE de Terrence Malick. THE MASTER n'est pas un film facile, le plaisir immédiat qu'il a à offrir passe avant tout par la beauté de la mise en scène et les performances d'acteurs. Rien d'autre ne vous sera donné.

 

Si en tant que spectateur vous pouvez vous satisfaire de ça, alors vous pourrez rester assis, et aller chercher dans le film quelque chose qui vous touchera (il y a de la matière). Il n'en reste pas moins que THE MASTER est un film aride, vaste, magnifique et chiant. Difficile de prédire ce que vous y trouverez, mais au moins vous voilà prévenus!

 

 

Max Ben

 

 

 

La bande annonce du film

 


 
Tag(s) : #A LA CARTE (meilleurs films au choix)

Partager cet article

Repost 0