Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

The-servant.jpg

 

 

bareme 4,5

 

 

 

Scénario écrit par Harold Pinter, prix nobel de littérature en 2005, réalisé par Joseph Losey, cinéaste de Monsieur Klein. D'entrée de jeu, ça pose un film.

 

Joseph Losey, américain expatrié en Grande Bretagne, dissèque littéralement les moeurs de son pays d'adoption. Avec Harold Pinter, il  livre un film machiavélique, où le désir de domination est le principal sujet.

 

A Londres, Tony, un jeune aristocrate vivant dans une luxueuse demeure du XVIIIè siècle, engage Hugo Barrett comme domestique. Ce dernier se révèle être un valet modèle, travailleur et intelligent. Progressivement, Barrett va dominer son employeur, réussissant  à détruire sa vie.

 

Véritable combat de lutte des classes par la rhétorique et la manipulation, The Servant est un film qui met mal à l'aise. La réalisation austère et épurée de Losey amplifie le climat oppressant du film. La relation maître-esclave poussée à son paroxysme. La rancoeur sociale qui anime Barrett (Dirk Bogarde) fait basculer le film dans une relation sado masochiste assez hallucinante. Dirk Bogarde alors considéré comme un jeune premier, mettait à mal cette image en incarnant pour la première fois un personnage sombre et torturé. L'intelligence des dialogues, la cruauté dissimulée sous les paroles de velour de Barrett et la scène finale ont fait que je n'ai jamais oublié ce film.

 

 Impressionnant.

 

 

 


 

 

 

Tag(s) : #A LA CARTE (meilleurs films au choix)

Partager cet article

Repost 0