Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Total-Recall-International-Poster3.jpg

 

 

 

Réalisateur: Len Wiseman

Origine: USA/Canada

Année: 2012

Durée: 2H

bareme 2,5

 

Avec: Colin Farrell, Kate Beckinsale, Jessica Biel, Bryan Cranston...

 

SANS GOÛT, SANS ODEUR, SANS SAVEUR.

 

 

Synopsis:

 

Modeste ouvrier, Douglas Quaid rêve de s’évader de sa vie frustrante. L’implantation de souvenirs que propose la société Rekall lui paraît l’échappatoire idéale. S’offrir des souvenirs d’agent secret serait parfait… Mais lorsque la procédure d’implantation tourne mal, Quaid se retrouve traqué par la police. Il ne peut plus faire confiance à personne, sauf peut-être à une inconnue qui travaille pour une mystérieuse résistance clandestine. Très vite, la frontière entre l’imagination et la réalité se brouille. Qui est réellement Quaid, et quel est son destin ?

 

 

La critique:

 

Parlons tout de suite de ce qui fâche: Comment des producteurs ont-ils pu oser faire le remake de TOTAL RECALL de Paul Verhoeven? Comment ont-ils pu toucher à ce monument de la S-F avec leurs doigts tout gras? En tout cas, au vu du résultat, le film de Verhoeven en ressort grandi, prouvant une nouvelle fois le talent du cinéaste hollandais à mélanger intrigue psychologique de haut niveau et scènes d'actions homériques. Tout le contraire de son remake.

 

Le TOTAL RECALL version 2012 n'est pas, selon les producteurs du film, un véritable remake, mais une "relecture" du materiau de base, le livre de S-F de Philip K. Dick. Relecture je veux bien, mais encore eût-t il fallu que les scénaristes daignent ouvrir le livre. Le scénario est tellement bête qu'il en devient incompréhensible. Là où le film original savait être efficace dans le dosage action/psychologie, le remake étire ses scènes d'actions à l'infini et se fout royalement de tenir en haleine le spectateur par une histoire. Ce foutage de gueule est bien dommage car, avec 200 millions de dollars de budget, la production design de Patrick Tatopoulos est bluffante. Ce dernier a, il est vrai, pompé les décors de BLADE RUNNER en les fusionnant avec ceux de MINORITY REPORT, mais ce mélange des genres est très agréable à regarder. C'est même ce qu'il y a de plus intéressant à analyser dans ce film.

 

 

Total-Recall-Memoires-Programmees.jpg

 

 

TOTAL RECALL version 2012 n'est au final qu'un simple blockbuster bas du front. Le coupable de ce massacre est sans aucun doute le producteur Neal H Moritz. Il suffit de voir son nom s'afficher à l'écran pour que toutes nos attentes fondent comme neige au soleil. Le terroriste Moritz est responsable de nombreux attentats au bon goût: sa triste carrière commence en 1997 avec l'attaque SOUVIENS TOI L'ETE DERNIER, il continue sur sa lancée avec SEXE INENTIONS 2, TORQUE, XXX 2, FURTIF, WORLD INVASION etc etc...La liste de ses agressions est encore très longue. Cet homme de talent a cru bêtement que balancer un film d'action sans scénar dans le futur était gage de succès au box office. Dans ton cul Moritz! Les fans de S-F ne sont pas des êtres décérébrés et ils t'ont littéralement chié dessus.

 

Reste que TOTAL RECALL: MEMOIRES PROGRAMMEES est sans nul doute la meilleure production de Neal H. Moritz. C'est un film complètement raté mais divertissant. Une fois la comparaison avec l'original annulée, on peut se laisser aller à ce déluge d'action bêta tout en repassant son linge. La mémoire du spectateur est programmée pour regarder ce film et l'oublier l'instant d'après.

 

 

 

La bande annonce du film

 


 
Tag(s) : #RESTO-BASKET (navets-nanars-films ratés)

Partager cet article

Repost 0